La vannerie

La vannerie, artisanat qui utilise des fibres végétales, est une très ancienne activité. En Algérie, l’Alpha est utilisée depuis la préhistoire. Des investigations archéologiques, d’Histoire plus récente, la période médiévale, ont mis à jour à Sétif, des restes de fragments de nattes du X – XI siècle.

Cet artisanat connaît un développement important en Algérie du fait de la disponibilité de l’alfa, du raphia et du palmier nain. L’alfa est le matériau de prédilection des nomades pour la fabrication des ustensiles de cuisine, car elle est légère au transport.

Les productions sont d’abord vouées à un intérêt domestique. Dans les milieux ruraux, les femmes confectionnent les ustensiles et accessoires de cuisine: tamis pour le couscous, couscoussier pour la cuisson, corbeilles plates ou légèrement creuses pour contenir le pain, les fruits ou simplement vanner les grains, mais également des pots à eau dont la surface externe est enduite d’huile de cade rendant l’objet étanche, tout en gardant le liquide frais et parfumé.

La fibre de palmier nain est utilisée principalement pou la fabrication des nattes, des chapeaux et des corbeilles.

L’osier et le rotin servent beaucoup plus à la fabrication de corbeilles et de l’ameublement (sièges, salons, éléments de bibliothèque, chambres à coucher etc..). La ville de Koléa (wilaya de Tipasa), est réputée pour ses productions artisanales faites de rotin et d’osier.

Le roseau est utilisé pour les grandes corbeilles et pour les nattes servant pour la consolidation des plafonds des maisons traditionnelles.